A propos de ...

vendredi, janvier 18, 2008

Carlos, sa vie, son oeuvre...Bobby aussi

Bon comme tout le monde ça m'a fait quelque chose d'entendre que Carlos était mort. Ses chansons ont accompagné ma prime jeunesse...seulement Carlos ce n'était pas que les chansons, c'était aussi ... les blagues. Et là il était plus que limite parfois. On tape parfois sur Michel Leeb mais n'oublions pas Carlos...le petit clin d'oeil de Jamel pour s'en souvenir



Bon malgré tout on l'aimait bien mais quand même...

...et sinon toujours dans le carnet du jour, Bobby Fischer est mort. Sa vie est un véritable roman et son match contre Boris Spassky restera comme un des plus importants de l'histoire des échecs. Bon certes en y regardant avec attention, l'attitude de Fischer est loin d'être digne de son statut mais qu'importe...l'histoire ne s'attardera pas sur les détails mais uniquement sur son résultat.

3 commentaires:

Pierrot a dit…

Bobby Fisher ? Pas digne ?

C'est un mec qui a ouvert sa gueule devant le plus grand génocide (en cours) de l'histoire, quit à tout perdre (image, fortune, droits civiques...) On peut peut-être laisser sa dignité tranquille, non?

On commence à dire que Fisher n'est pas un homme digne, puis on dit que Dieudo est antisémite, et on fini par traiter l'Abbé Pierre de nazi... Tu m'etonnes que Jesus ai fini crucifié.

Silent Bo a dit…

Oui oui je maintiens l'attitude de Fischer lors du match avec Spassky a été indigne de son status de Grand Maitre. Et si Spassky n'avait pas été si naif (accepter, alors qu'il menait 2 à 0, de jouer le 3ème match en huis clos pour satisfaire les caprices de diva de Fischer) le résultat aurait certainement été très différent.
Je ne parlais pas de sa "dignité d'homme" en général...même si certaines de ces déclarations étaient plus que limites.

Quant à Dieudo, il passe le 31 à Lyon et normalement j'y serais! yeah!!

jana a dit…

Merci pour la vidéo de Jamel.

"Bon, malgré tout, on l'aimait bien quand même"

Le quand même est un excercice salutaire, être capable de voir lucidement la part d'ombre de chacun.. et de soi-même..